STEPHANOS THOMOPOULOS – PIANISTE

Tout au long de son parcours, avec ses choix et ses démarches, Stéphanos Thomopoulos devient un véritable expérimentateur du piano. À côté de son attachement au grand répertoire et à ses compositeurs de prédilection tels Beethoven, Ravel, Bartok, ou Liszt il n’hésite pas à s’embarquer dans toute aventure artistique susceptible de satisfaire et mener plus loin encore, sa quête du nouveau : répertoires originaux, musique contemporaine, recherche universitaire, théâtre, arts plastiques, projets pédagogiques, toute rencontre capable de donner naissance à des expériences hybrides l’intéresse.

Fb.   In.    Contact

© Copyright LES KUTCHS 2021 – Mentions légales

Très beau compte rendu sur ResMusica.com du concert du 17 mars
1445
post-template-default,single,single-post,postid-1445,single-format-standard,bridge-core-3.0.1,qode-music-2.1.1,qodef-qi--no-touch,qi-addons-for-elementor-1.5.3,qode-page-transition-enabled,ajax_fade,page_not_loaded,boxed,,paspartu_enabled,paspartu_on_top_fixed,paspartu_on_bottom_fixed,side_menu_slide_with_content,width_370,qode-overridden-elementors-fonts,qode-theme-ver-28.5,qode-theme-bridge,disabled_footer_top,disabled_footer_bottom,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-6.7.0,vc_responsive,elementor-default,elementor-kit-6

Très beau compte rendu sur ResMusica.com du concert du 17 mars

Très beau compte rendu sur ResMusica.com du concert du 17 mars

Très beau compte rendu sur ResMusica.com du concert du 17 mars, ainsi que de tout le weekend Xenakis à la Philharmonie de Paris. “…Avec ses longs bras et ses mains immenses, Stephanos Thomopoulos semble se jouer de cette écriture aux nébuleuses pointillistes – les nuages de sons xenakiens – trouées de silence dont il projette les éclats multiples et les longues résonances avec une vitalité du jeu et une clarté d’énonciation époustouflantes…” “…Plus étonnante encore que les deux précédentes, Evryali débute dans l’énergie des musiques répétitives américaines, avec ses séquences rythmiques obstinées et ses « nuages stochastiques » basés sur la théorie des ensembles. L’œuvre est écrite en 1973, année du voyage à Bali de Xenakis, et semble communiquer l’intensité jubilatoire des musiques du gamelan dans l’interprétation éminemment solaire qu’en donne Stephanos Thomopoulos…” Grand merci à Michèle Tosi!



X